les Rameaux, la Semaine Sainte et Pâques

Rameaux, semaine Sainte et Pâques

 

Le printemps « intérieur » de la fête de Pâques est l’aboutissement d’un « pèlerinage » qui suit le chemin de la « Passion » de Jésus le Christ, tout au long de la semaine Sainte…

        Les 7 jours précédent Pâques peuvent être comparés aux « douze Nuits Saintes » qui séparent « Noël », naissance de Jésus de Nazareth de « l’Epiphanie », incarnation du Je du Christ en Jésus….

Pour qui sait vivre d’une manière « recueillie », ce qui se tisse au milieu de l’hiver, ces « 12 Nuits Saintes », entre la fin d’une année et le début de la suivante, préparent utilement les 12 mois de la « nouvelle année ».

        Pour ceux qui savent participer intérieurement au « drame de la Passion », les « 7 jours de la Semaine sainte » deviennent une source de forces pour tout ce que le destin et l’avenir peuvent apporter….

        Chacun des 7 jours apporte la révélation d’un nouveau mystère cosmique au niveau de l’histoire humaine…

 

Lorsque, le dimanche des Rameaux, le Christ-Jésus entre à Jérusalem, le soleil des « temps anciens » manifeste une fois encore sa souveraineté dans le ciel ; mais, de fait, il reçoit son congé, afin de faire place, le dimanche suivant, au soleil « Nouveau », au soleil de Pâques. Le Lundi de la semaine Sainte, lorsque Jésus le Christ maudit le figuier et purifie le Temple dans la ville sainte, le « Christ-Soleil » affronte le principe lunaire, les forces lunaires du monde antique, qui avaient besoin d’être régénérées. Le Mardi, Jésus le Christ est aux prises avec des adversaires qui se succèdent auprès de lui pour lui tendre des pièges ; sa parole devient arme spirituelle ; et cette journée de lutte s’achève sur le mont des Oliviers, où il entraine les disciples à percevoir prophétiquement « l’Apocalypse » à venir ; c’est l’esprit de Mars qui, ce jour-là, reçoit l’empreinte du Christ. Le Mercredi, de par l’onction de Béthanie et la trahison de Judas, c’est Mercure qui rencontre le « Soleil » du Christ. Et lorsque le Jeudi Saint, Jésus le Christ lave les pieds de ses disciples et leur offre la « Sainte Scène », une lumière jupitérienne, pleine de promesses d’avenir, éclaire les âmes tristes et abattues. Le Vendredi Saint est le jour où tout ce que la vénération de la déesse de l’amour, de Vénus, d’Aphrodite, a jamais pu signifier pour les hommes, trouve son élévation suprême par un acte d’amour dépassant tout ce que l’amour pouvait imaginer. Le sacrifice d’amour sur le Golgotha était la métamorphose du principe de Vénus par le principe solaire de l’être du Christ. Lorsque Jésus le Christ repose dans la tombe, le Samedi, le Christ-Soleil rencontre, dans le cosmos, l’esprit de Saturne ; et finalement le Dimanche, c’est le soleil lui-même qui atteint son octave : ce qui monte au ciel, c’est le Soleil du Christ qui a franchi victorieusement toutes ces étapes….

 

 

il nous a montré le "Chemin"....